LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

MERCI, MERCI

Isabelle — ARC⋆IVES LA VOIX DE L’EST

Franchir la trentaine les cheveux gris et avoir des jambes élancées me vient de mon père. Même chose pour mon sens de l’humour et de la répartie, ma promptitude, mon langage coloré et ma générosité envers les autres.

De ma mère, j’ai hérité des lobes d’oreilles et des mains. Comme elle, j’ai aussi une bonne écoute, un côté artistique développé, de la persévérance et je me décrirais comme très efficace.

Le CV de mon père s’étend sur six pages. Peut- être cinq, en réduisant le caractère à 8.

Celui de ma mère tient sur une carte d’affaires standard.

Dans le domaine de l’emploi, je retiens de ma mère. Je n’ai d’ailleurs jamais vu quelqu’un porter aussi bien son prénom : Constance.

Son salon de coiffure, elle l’a opéré pendant 50 ans. Ma mère, c’est la stabilité incarnée.

En la regardant aller, je me suis mise à rêver, moi aussi, d’exercer mon métier jusqu’à la retraite. Je l’ai d’ailleurs souvent dit. Et quand des rafales faisaient tanguer le bateau, je me disais que j’allais aller au bout de l’aventure, coûte que coûte. Contre vents et marées.

À ce sujet, une collègue a eu un jour une belle image pour résumer cette philosophie : « J’ai bien l’intention de fermer les lumières avec toi » , qu’elle m’a lancé. Elle avait trouvé les mots justes. Comme toujours.

Mais la vie des fois… Contrairement à mon père, je ne ferai pas mille et un boulots. Et à l’inverse de ma mère, je n’en aurai pas qu’un seul non plus.

Après un peu plus de 23 ans, je quitte La Voix de l’Est et les Coops de l’information.

Une porte s’est ouverte, et j’y ai mis le pied.

J’ai décidé de me choisir après, peut-être, ne pas l’avoir assez fait ces dernières années.

J’ai soif d’équilibre et de tête à off. J’ai besoin de Wi-Fi inaccessible et de contrôle de temps d’écran.

Je rêve de terre à jardin entre les orteils, de bouffe faite maison à faire déborder le congélo et de lectures non obligatoires. Que me réserve l’avenir ? Aucune idée pour le moment. Je fais confiance à la vie. ( Ce côté ésotérique, je le tiens de ma soeur.)

Mais avant de partir, je tiens à dire MERCI.

Merci à tous ceux et celles qui ont croisé ma route, et ce, peu importe le chapeau que j’ai porté à La Voix de l’Est au fil des ans.

Des gens interviewés aux lecteurs, en passant par les collègues, etc. Considérez-vous tous et toutes remerciés. Profondément. J’ai grandi à La Voix de l’Est.

J’y ai fait des rencontres extraordinaires et inoubliables. Je m’y suis fait des ami.e.s pour la vie. J’y ai vécu toute la gamme des émotions, et même plus.

J’y ai goûté au bonheur.

La mission de mon journal local est noble et essentielle. Je continuerai de la soutenir.

Ses artisans dévoués, fonceurs et engagés. Je les aimerai toujours.

Dans mon coeur, La Voix de l’Est restera toujours le plus grand des petits journaux. Je lui souhaite longue vie.

Et comme j’ai la réputation de très peu sortir de son territoire, soyez certains que je ne serai jamais bien loin.

Sincèrement. Merci.

ACTUALITÉS

fr-ca

2023-09-16T07:00:00.0000000Z

2023-09-16T07:00:00.0000000Z

https://lavoixdelest.pressreader.com/article/281517935722881

Groupe Capitales Media